La chasse : que faut-il savoir sur la pratique de ce sport en France ? | Pôle Sport Loisir : Les actus autour du sport !

La chasse : que faut-il savoir sur la pratique de ce sport en France ?

0 Comment

À la base, la chasse était une activité dite de prédation, car elle consistait uniquement à prélever des éléments de la faune pour satisfaire un besoin de consommation. Depuis que cette pratique a commencé par intéresser les photographes et naturalistes, elle est désormais incluse dans la catégorie des disciplines sportives. Sans oublier qu’elle est aussi légalement encadrée. Particulièrement en raison de ce caractère, la chasse fait l’objet de certaines restrictions. Découvrez-en quelques-unes ici. 

Chasser durant des périodes spécifiques

Avec le caractère règlementaire que possède actuellement la chasse, il y a des périodes spécifiques au cours desquelles cette discipline sportive devrait être pratiquée. Déjà, il faut dire que sur le territoire français, les chasses sont généralement interdites entre le 15 avril et le 1er février. De même, le mercredi, les chasseurs ne sont pas autorisés à chasser. 

Ces interdictions peuvent cependant varier en fonction de la saison, de la localité et de l’espèce. Outre cela, retenez qu’il est conseillé de faire la chasse à la journée, soit entre le lever et le coucher du soleil. Une telle restriction permet en effet de réduire les risques de tirer par mégarde sur une personne. 

Disposer d’un permis de chasser

Pour chasser en France, il est également exigé de disposer d’un permis spécifique. Cette pièce est obtenue suite à un examen d’épreuves pratiques et théoriques. Il est délivré par l’Office français de la biodiversité et n’est accessible qu’aux personnes âgées de 16 ans en moyenne. 

Si la personne désireuse de chasser en toute légalité a 15 ans, il lui est aussi permis de le faire à condition d’être sous la responsabilité d’un chasseur accompagnateur. Toute violation à ces règles expose la personne en infraction à une amende de 5ème classe qui s’élève à 3750 euros et une peine d’emprisonnement de 3 mois.